La Baie de Morlaix 

La Baie de Morlaix est une vaste échancrure d’une centaine de km², ouverte au nord. Ses marges septentrionales se situent entre la Pointe de Primel et l’Ile de Batz. Le port de Morlaix, au fond de la rivière du même nom, marque la limite sud. Au sud-ouest, une seconde rivière dépendant elle aussi du bassin de navigation débouche sur la baie : la Penzé. Ici, les îlots et archipels sont nombreux. Ce bassin constitue un terrain de jeu apprécié des plaisanciers. 

 

 ETAPE 1 - LUNDI 30 JUILLET: ROSCOFF > ABER WRAC'H/LANDEDA 

 

 

Quelques mots sur le port de Roscoff

 

La création du nouveau port de plaisance de Roscoff a provoqué une petite révolution en Bretagne Nord. Auparavant, entre l’Aber Wrac’h, 40 milles plus à l’ouest, et Lézardrieux, 50 milles à l’est, il n’y avait pas de port accessible 24 h/24, quel que soit la marée. Dès son ouverture, le port de plaisance de Roscoff a trouvé immédiatement grâce auprès des visiteurs en escale. Le port, conçu dans le plus grand respect des normes environnementales, dispose de toutes les facilités d’un port moderne : accès facilité aux handicapés, présence permanente du personnel de port, wifi, navettes gratuites à destination de la ville de Roscoff, locations de cycles.


www.roscoff.fr

 

Le centre d’entrainement Voile Baie de Morlaix

 

Voile Baie de Morlaix, structure associative créée en 2015, regroupe 4 pôles : Voile Légère, Voile Habitable, Voile Traditionnelle et Pôle Entraînement dont « Open 5.7 ». Elle s’est fixée comme objectifs :
de fédérer l’ensemble des clubs et écoles de voile du territoire,

  • d’assurer la promotion des activités sportives nautiques,
  • d’organiser des entraînements communs au profit du pôle voile légère,
  • de développer le pôle d’entraînement (quillards de sport),
  • de coordonner et éditer le calendrier des manifestations nautiques.

 

 

Les algues

 

Le Finistère, qui possède la plus grande partie du champ d’algue français, est le premier département producteur national d’algues. 33 navires goémoniers finistériens (28 à Brest, 4 à Morlaix, 1 au Guilvinec) détiennent une licence régionale. En 2016, cette flottille débarquait 68 000 tonnes de laminaires, soit l’essentiel de la production française : 48 000 tonnes de digitata récoltées au scoubidou, et 20.000 tonnes d’hyberborea au peigne. En Bretagne, plus de 90 entreprises sont directement impliquées dans la filière algues, représentant 1.600 emplois, majoritairement en Finistère. Le Finistère compte deux opérateurs majeurs dans la sphère de la valorisation industrielle des algues, avec Danisco à Landerneau, et Algaia à Lannilis (ce denier repreneur fin 2016 de l’ex-établissement de Cargill).

Récoltes et cultures d’algues suscitent de nouvelles aspirations parmi les gisements de la « croissance bleue », du développement vers les besoins alimentaires à la recherche fondamentale sur les micro-algues (bio-carburant de substitution aux énergies fossiles).

L’industrie agroalimentaire fait grand usage de ces algues sous forme de gélifiants et stabilisateurs, une douzaine d’espèces présente un intérêt sur le plan alimentaire. Très riches en protéines, en oligo-éléments et sels minéraux (elles en contiennent 10 à 20 fois plus que les légumes terrestres), les algues concentrent la presque totalité des vitamines indispensables.

A visiter : l’écomusée de Plouguerneau qui raconte le métier des goémoniers à travers les âges, le village réhabilité de Meneham à Kerlouan avec son four à soude et Lanildut, premier port de débarquement des algues en Europe.

 

Zoom sur …

Bord à Bord

 

Lorsqu’Henri Courtois, picard travaillant dans la finance, a créé Algue Service en 1996, on l’a d’abord pris pour un fou à bicyclette, trimbalant sa glacière remplie d’algues et démarchant les gourmets du coin. Aujourd’hui, Algue Service commercialise sous la marque Bord à Bord, des produits culinaires à base d’algues avec succès. Historiquement implantée à Roscoff, 2000 mètres carrés de nouveaux ateliers viennent d’entrer en service. Ramassées, triées, lavées, salées, les différentes espèces d’algues se transforment en tartares, confits et même moutardes et viennent épices nos assiettes avec subtilité. « L’algue n’est pas un phénomène de mode. Ceux qui tentent le coup sont conquis et fidèles à nos produits » déclare Henri Courtois, à commencer par Alain Ducasse, premier de ses adeptes.

www.bord-a-bord.fr

 

et aussi Algoplus

www.algoplus-roscoff.fr

 

A ne pas manquer près du port-escale

Le jardin Georges Delaselle à l’île de Batz

 

Jardin créé en 1897 par un passionné de plantes exotiques qui a transformé une dune battue par les vents en une véritable oasis peuplée de palmiers et autres plantes originales de l'hémisphère sud. Abandonné pendant près de 30 ans, la réhabilitation du site, commencée en 1987, est l’œuvre d'une équipe de bénévoles. Il est acquis en 1997 par le Conservatoire du littoral. Aujourd'hui, le Jardin Georges Delaselle se compose de plus de 1500 plantes venues des quatre coins du monde et accueille plus de 40 000 visiteurs par an.

 

LE PROGRAMME DES ANIMATIONS 

  • Samedi 28 juillet
    14h-19h : Confirmation d’inscription
  • Dimanche 29 juillet
    10h-19h : Confirmation d’inscription
    Soirée sur le port : Pot d’accueil de la municipalité et concerts
  • Lundi 30 juillet
    10h : Départ de la course vers de l’Aber Wrac’h / Landéda

      Nos Partenaires

Réalisation Layline Développement © Nautime en Finistère